NATURE CONTENUE

Lors d’un énième séjour à Venise, je me penche sur la question du rapport de cette ville à la végétation. Construite comme l’on sait, au milieu d’une lagune, les rares jardins privés semblent des fragments éparpillés, dont une multitude de miettes sont conservées en pots, sur les terrasses et les balcons, le rebord des fenêtres. 

Ces jardins clos, ces terrasses sur les toits, semblent inaccessibles, cachés par des murs et des portails, contenus par des balustrades.

Using Format